Skip to main content
  • Jewellery - Le tour du monde en couleurs
  • Inspiring People - Sophie Helsmoortel, fondatrice de CCS et présidente du BEL
  • Downtown Brussels - Pourquoi aller chez Yi Chan?
  • Watches - Interview de Jean-Marc Pontroué, nouveau CEO de Panerai
  • De Greef Story - Le shooting de notre catalogue Bijoux 2019 dévoilé
  • Jewellery - Le diamant, une pierre unique qui mérite tout notre engagement

Issue #4

Sophie Helsmoortel, fondatrice de CCS et présidente du BEL

Serge Anton | par (c) Serge Anton


Une interview de Sophie Helsmoortel, fondatrice du concept-store Cachemire Coton Soie, et nouvelle présidente du Brussels Exclusive Labels.

Vous êtes plutôt cachemire, coton, ou soie ?
Probablement les trois dans une même journée, mais à des moments différents ! Je peux être cachemire pour la douceur, soie pour la séduction mais aussi naturelle et simple, directe et sans chichi, comme le coton.

Après 10 ans passés au conseil d'administration du BEL, vous venez d'en être élue présidente. Que souhaitez-vous apporter à cette institution ?
Parce que j’ai créé CCS il y a 18 ans mais surtout géré l’aspect commercial de ma marque, j’apporte le regard pragmatique de la commerçante à cette association de belles Maisons bruxelloises. Je suis aussi dotée d’une nature très persévérante, sans doute liée à ma formation de danseuse. Le BEL a 80 ans, c’est une dame respectable qui n’attend qu’à être gentiment bousculée. J’espère que je serai à la hauteur de ce défi!

Le luxe, pour moi, c’est pouvoir faire des choix, parfois des sacrifices… mais surtout être libre ! 

— Sophie Helsmoortel

Quel est l'ADN commun de ces quelque 80 membres ?
C’est un mélange de Maisons très différentes, qui ont su garder leur âme et préserver leurs savoir-faire, en dépit du climat ambiant qui pousse les marques de ce niveau à l’international. Nous faisons le pari de chérir et faire évoluer la tradition, la perfection, le travail de la main… sans occulter pour autant l’évolution technologique que rencontrent nos métiers. Nous tenons beaucoup à nos valeurs : qualité, passion, savoir-faire, élégance et respect.

Incarnent-elles la 'belgitude' ?
Oui, absolument! Nous souhaitons mettre l’accent sur les différences entre Bruxelles et les autres capitales : nos Maisons sont familiales et incarnées par des indépendants qui nourrissent une vraie passion pour leur label. Nous tenons aussi à être au plus près de nos ateliers et sommes très attachés à la transmission : la jeune génération d’artisans qui arrive est longuement formée à nos métiers, en interne.

Quelles nouveautés allez-vous introduire au BEL ?
Nous avons de nombreux projets, surtout en termes d’image et de communication. Les BEL Experience Days, qui se sont déroulés les 15 et 16 décembre 2018, ont permis à de nombreux curieux de pénétrer dans les coulisses d’une quarantaine de Maisons : s’ouvrir à notre clientèle, créer un lien direct, est une priorité pour les mois qui viennent. Dans la même optique, nous allons également développer nos outils numériques, notamment les réseaux sociaux, pour être au plus près de nos clients. Un nouveau logo vient aussi de voir le jour, qui sera apposé sur les vitrines des Maisons membres en guise de label de qualité.

www.cachemirecotonsoie.com
www.brussels-exclusive-labels.be

Pourquoi aller chez Yi Chan?

Jaa | par (c) Slurp co

Pour changer d’avis sur les restaurants asiatiques

Une cantine asiatique qualitative dans le quartier Saint-Géry ? Les nombreux établissements «attrape-touristes» du coin poussent au scepticisme ! Comme une pépite, Yi Chan nage depuis 2016 à contre-courant et se positionne au carrefour de la tradition et de la modernité. Si l’on y trouve des recettes classiques venues de différents pays (canard à la pékinoise, dim sum, gyosas japonais,…), on s’y laisse aussi surprendre par des propositions ancrées dans l’air du temps, comme l’introduction de bœuf maturé dans certaines préparations (on vous conseille le Pho !)... fourni par Hendrik Dierendonck, la star des bouchers belges !

Ja | par (c) Slurp co
(c) Slurp co

Pour rencontrer le bartender à suivre

Yen Pham, patron du restaurant, est également un bartender hors pair, et probablement le francophone le plus en vue du moment en la matière. Très bien classé sur la scène cocktails professionnelle, il remporte de nombreuses compétitions et est même parvenu en finale de la Diageo World Class Belux ce printemps, à Amsterdam. Ses cocktails, il les envisage comme une synthèse de recherche poussée d’ingrédients inédits, de technique précise (il utilise des instruments très pointus, notamment à ultra-sons) et d’émotions. Car il n’est pas rare d’y trouver une pointe de saveur asiatique en hommage à ses origines. Notre conseil : avec un Pho au bœuf maturé, dégustez le cocktail Pénicilline.

Yi Chan, 13 rue Van Praet, 1000 Bruxelles, 02 502 87 66 (réservation conseillée).

Interview de Jean-Marc Pontroué, nouveau CEO de Panerai

(c) Panerai | par (c) Panerai

Le SIHH 2019 a eu lieu récemment… qu'avez-vous emporté dans votre valise ?
Des costumes italiens, une paire de palmes pour plonger avec Guillaume Néry (recordman du monde en apnée, ndlr) et évidemment mes baskets : je ne voyage jamais sans une paire de running.

Et à votre poignet ?
L’une des vingt nouvelles Submersible que j’aurai l’occasion de dévoiler durant le salon. Une montre masculine et technique équipée de mouvements Manufacture et développée dans de nouvelles matières. Tout l’esprit Panerai inspiré par le Laboratorio di Idee. L’année 2019 sera l’année Submersible ! Associée à de nouvelles expériences proposées à nos clients afin de leur faire découvrir l’esprit de la marque dans ses valeurs et ses performances…

Qu’est-ce qui vous fait le plus vibrer au SIHH ? L’inspiration et la créativité, ou les affaires ?
La créativité, car une marque ne vaut que par sa capacité à se différencier et à inventer des histoires contemporaines qui vont permettre à ses clients de s’associer à Panerai.

On dit que vous courez beaucoup. Mais après quoi ?
Après le défi, de nouveaux challenges. Courir est un excellent moyen de découvrir une ville au petit matin, de vivre le rythme local et de sentir les envies ainsi que les habitudes culturelles d’un marché. Le client est notre raison de vivre, de séduire, d’enrôler dans notre histoire…

Le temps, pour vous, c’est quoi ?
Je reprendrai ce proverbe que j’affectionne : «Il faut prendre le temps comme il vient, les hommes pour ce qu'ils sont, et l'argent pour ce qu'il vaut.» À chacun d’entre nous d’en faire le meilleur usage…

À quoi rêvait Jean-Marc Pontroué enfant ? Était-il déjà fasciné par l’univers du luxe ?
J’ai toujours porté des montres, mais sans être passionné. Je peux dire que j’ai véritablement découvert l’horlogerie en arrivant chez Richemont, même si mon avis et mon sens critique sont longtemps restés esthétiques. On affute son esprit critique par curiosité et en apprenant tous les jours.

Le client est notre raison de vivre, de séduire, d’enrôler dans notre histoire…

— Jean-Marc Pontroué

Vous avez rejoint le groupe Richemont il y a presque 20 ans. La longévité : une clé ?
À l’heure où il est de bon ton de zapper en permanence, il me semble essentiel de mener des projets sur le long terme… Et notamment de rester longtemps dans une entreprise, pour la comprendre et s’imprégner de sa culture. Savoir travailler en équipe et prendre le temps de comprendre aussi bien les marchés que leurs différentes cultures sont pour moi des éléments essentiels. J’ai toujours géré ces entreprises comme si elles étaient les miennes. Aujourd’hui, j’ai acquis une certaine expérience, mais j’ai aussi eu la chance qu’on me laisse apprendre de mes erreurs, et dans ce sens-là Richemont est une école formidable.

Comment voyez-vous Panerai dans 10 ans ?
Nous allons mettre toujours plus en avant les icônes Panerai, en assurer la pérennité et la continuité esthétique. Une marque s’installe et s’ancre dans l’imaginaire collectif sur le long terme. À ce titre, nous ne sommes qu’au début de notre aventure. Nous allons également continuer les recherches innovantes associées à notre  «Laboratorio», basé à Neuchâtel et enrichir toujours davantage les expériences que nous proposons à nos clients, afin que Panerai reste l’une des grandes marques mythiques du XXIe siècle.

Panerai a généré une communauté de passionnés, les Paneristi. Qui sont-ils ?
Panerai draine une communauté très large et très cosmopolite de passionnés qui portent sur notre marque et notre organisation un regard bienveillant… Ils ont à notre égard un sentiment d’appartenance très fort qu’il nous faut entretenir et continuer à enrichir. Panerai, c’est d’abord l’incarnation d’une italianité expressive qui ne peut que susciter un fort intérêt et sentiment d’appartenance…
Je vais continuer à échanger avec la communauté des Paneristis car ils ont une connaissance formidable de notre histoire et  de notre marque.

Découvrir notre collection Panerai.
En savoir plus sur Panerai.
Toutes les infos sur le SIHH.
Photos: (c) Panerai.

Le diamant, une pierre unique qui mérite tout notre engagement

Assymetrical White Golden Earrings Set With Diamonds

Parce qu’il vous accompagnera toute votre vie, le diamant que nous sélectionnons pour vous n’est pas n’importe lequel : avant d’arriver dans nos ateliers où notre designer Arnaud Wittmann le transformera en bijou, il aura dû passer de nombreux contrôles. 

Origines contrôlées

Comme tous les joailliers de qualité, Maison De Greef n’achète pas de pierres provenant de pays en guerre. Le circuit est garanti par le certificat international GIA depuis le début des années 2000. 

Certificats internationaux

Les deux bureaux d’experts indépendants avec lesquels nous travaillons émettent des certificats attestant de la qualité des pierres, estampillés HRD ou GIA. Nous vous conseillons de ne jamais acquérir un diamant sans certificat.

Les « 4 C », critères de classification

Le carat exprime les poids et diamètre du diamant. Maison De Greef y puise un large choix, du brillant utilisé en sertissage à la pierre d’1 carat, voire 1,2 carat, souvent taillée «en émeraude».

Clarity
: soit la pureté du diamant, comprend une dizaine de classifications, selon que la pierre contient ou pas des occlusions, et en fonction de la taille et de l’emplacement de celles-ci. Maison De Greef ne descend jamais sous la 5e catégorie (appelée «VS2») afin de garantir une esthétique la plus pure possible.

Colour : ici encore, la sélection opérée par Arnaud Wittmann est exigeante, puisque les diamants choisis font toujours partie des 4 premières catégories de couleur, soit les plus blanches. En-deçà, un aspect jaune peut être visible, par contraste avec une monture en or blanc par exemple.

Cut : soit la taille du diamant. Primordiale car c’est elle qui va créer l’éclat de la pierre, la taille se décline en plusieurs esthétiques : «Princesse» ou «Brillant» pour un solitaire par exemple (celles qui exploitent le mieux la matière au niveau de l’éclat), mais aussi «Émeraude», qui donnera moins d’éclat mais dont la large table apporte un caractère plus moderne au bijou.

Maison De Greef Magazine
Dernières publications

Etienne Girardet 360034 Unsplash

Issue #3

Même si l’on a l’impression qu’il ralentit un peu en été, le temps reste maître de nos vies. Marché horloger, fuseaux horaires, témoignage, shopping: on passe les montres sous la loupe. Credits photo: Etienne Girardet 'Unsplash'.

Mg 5149

Issue #2

Parce qu’elle est riche, imprévisible et joyeuse, la féminité inspire notre Maison depuis toujours. Au cœur de nos processus créatifs ou portée par nos ambassadrices, nous la célébrons de mille façons.

Mg 5156

Issue #1

Ancrée dans les tendances, la Maison De Greef crée Maison De Greef Magazine, une sélection de thématiques qui reflètent notre univers et vos centres d’intérêts. Dans ce premier numéro, nous vous proposons une immersion dans notre boutique rénovée, une interview de Lionel Rigolet, chef-propriétaire du Comme Chez Soi**, une découverte des coulisses de la fabrication du bracelet-montre Tudor et les quatre raisons de découvrir notre espace exclusif Patek Philippe.